C’est au cours d’études d’architecture que m’est progressivement venu le goût du dessin. Entrainé dans l’exploration des villes, le dessin est rapidement devenu l’outil approprié pour prendre note de mes observations.

Quand le dessin tend à s’effacer au profit de l’outil numérique, j’essaye de m’inscrire dans la tradition du dessin d’architecture, et de relayer un savoir-faire qui depuis plusieurs siècles permet aux bâtisseurs d’observer, de comprendre et de penser l’architecture. Le dessin enfin, souligné d’un lavis, me permet de m’abandonner au plaisir de la contemplation et de raconter ce que mon œil perçoit.

Chapelle de la Sorbonne - Paris 32x46

Cloître grand Hôtel Dieu - Lyon 48x35

Hôtel de Vogüe - Dijon 40x30

Hyppolite Flandrin - fontaine des Jacobins 20x20

Portail Notre Dame - Paris 32x46

Rue d'Alsace - Brioude 32x32

Centre thermal - Vichy

Notre Dame - Paris

Opéra - Vichy

Quai de l'Armançon - Semur en Auxois

Rue du pavé St Lazare - Semur en Auxois

Rue Mallet Stevens - Paris

Lyon cathédrale Saint Jean place Saint Jean

Lyon grand Hôtel Dieu quai Courmont grand dôme Soufflot

Lyon grand Hôtel Dieu pavillon sud façade quai Courmont

Lyon grand Hôtel Dieu pavillon place de la trinité

Lyon palais de justice Baltard

« Le dessin enseigné comme il devrait l’être est le meilleur moyen de développer l’intelligence et de former le jugement, car on apprend ainsi à voir, et voir c’est savoir. » Histoire d’un dessinateur, Viollet-le-Duc

Je vous propose un enseignement du dessin s’appuyant principalement sur l’observation de notre environnement.

Une approche théorique, en atelier et dans les musées, nous permet d’acquérir les outils techniques indispensables à la pratique du dessin. Le dessin « in situ » nous invite, au fil de nos excursions, à observer et apprécier les éléments de notre environnement quotidien. Utilisé comme outil de langage, le dessin nous permet alors de raconter l’histoire qui se déroule sous nos yeux.

Les subtilités de l’aquarelle nous invitent à pousser plus loin encore notre observation. L’étude progressive des techniques de lavis et d’aquarelle nous permettra d’apporter à nos dessins, une dimension supplémentaire avec l’expérience de l’ombre et de la lumière.

A vous alors d’exprimer dans vos dessins le sentiment qu’est le vôtre au contact d’un édifice, d’un paysage ou d’un instant de vie.




D’une durée de deux à cinq jours, chaque stage est une parenthèse qui s’ouvre et l’occasion d’une immersion totale dans la belle aventure du dessin et de l’aquarelle. Nous essayons alors, à travers une série d’expériences, de rendre compte de nos observations.


Les stages sont ouverts à tous, dessinateurs en herbes ou aguerris. Ces journées de travail, sont des séances d’émulation collective ou chacun peut profiter de l’expérience du reste du groupe.


Quelques villes et lieux où peuvent se dérouler les stages: Paris, Lyon, Dijon, Cité de l’architecture et du patrimoine, musée du Louvre, Clermont Ferrand, Besançon…